preloder
0
  • Aucun produit dans le panier.

La musique au fil des ans : Le Camp musical et le Conservatoire

Précédent Suivant
L’Harmonie de Normandin, entre 1979 et 1995. Source : Société d’histoire et de généalogie Maria-Chapdelaine, P32 Fonds Corporation du centenaire de Normandin (P32/F1/6.1,29)

 

Au Saguenay–Lac-Saint-Jean, ça ne date pas d’hier que nous avons de multiples talents musicaux. Du piano à la trompette, il y a de tout! Mais d’où nous vient cette frénésie d’apprendre la musique? Attention! Attention! Cet article est le premier d’une trilogie portant sur les débuts d’une passion dans la région. Dans ces écrits, nous y parlerons de l’éducation musicale de la MRC de Maria-Chapdelaine (et brièvement de celles avoisinantes), des fanfares, ainsi que des chorales de chez nous.

Un concert productif

Tout d’abord, pour avoir des maîtres, il nous faut des étudiants. Pour avoir des étudiants, bâtir une institution semble un bon départ. C’est donc en 1963 que l’idée de construire des installations pour accueillir des élèves en musique fut lancée. Les chanteurs de la chorale Sainte-Cécile de Chicoutimi ayant donné un concert particulièrement apprécié sur les rives du lac Saint-Jean, la paroisse de Saint-Jérôme proposa qu’on donne la chance aux jeunes de la région d’apprendre à bien maîtriser la musique. Les cours se donneraient uniquement durant la saison estivale et seraient vus comme une sorte de camp. C’est ainsi qu’en 1964, le Camp musical du Saguenay–Lac-Saint-Jean a vu le jour à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix. Fondé par l’abbé Raymond Tremblay, le but était de jouer la carte de la gratuité scolaire. Les élèves devaient seulement débourser les frais de logis et de nourriture. L’enseignement n’était pas chargé.

L’effet papillon

Les élèves inscrits au Camp musical du SLSJ firent pression sur le ministère des Affaires culturelles, car lors de la rentrée de septembre, ils perdaient leurs professeurs et ne les reverraient qu’à l’été prochain. Or, les étudiants aspiraient à continuer de s’améliorer tout au long de l’année scolaire. Le ministère finit donc par plier à leur demande et, ainsi, ils ont pu revoir leurs professeurs au Conservatoire de Chicoutimi, fondé 3 ans plus tard, en 1967. Cet acte donna par la suite naissance à bien des ensembles de musique du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Une concentration qui porte fruit

Plus récemment, dans notre MRC, une option spécialisée dans le domaine a pu naître grâce au travail acharné de monsieur Bernard Sénéchal : la concentration musique-études de la polyvalente de Normandin. En effet, en 2003, le projet a pu battre de ses propres ailes et assister aux concerts de la toute première cohorte fut désormais possible. Mais cette propension à la musique remonte à bien plus loin que 2003. Déjà en 1979, l’harmonie La Gaillarde était fondée puis dirigée par le frère Roger Côté. Bernard Sénéchal lui succède en 1995. Ce dernier prit aussi les rênes du département de musique et des différents niveaux d’harmonie de la polyvalente de Normandin. C’est ainsi qu’au fil des ans, ces ensembles dirigés par ce grand homme ont su se distinguer, entre autres, au Festival des harmonies et orchestres symphoniques de Sherbrooke, ou encore au Heritage Music Festival, à New York. Depuis, la concentration musique-études ne cesse d’épater en formant des jeunes très professionnels et talentueux. Monsieur Sénéchal vient tout juste de terminer d’enseigner au secondaire et nous lui souhaitons la plus excellente des retraites, digne de tous les projets qu’il a su accomplir dans ses années de profession.

Par Clara Boutin, employée à la Société d’histoire et de généalogie Maria-Chapdelaine pour l’été 2018


Sources :
Camil Girard et Normand Perron. « À la recherche de la modernité, 1930 à nos jours », Histoire du Saguenay Lac-Saint-Jean, Institut québécois de la recherche sur la culture, Québec, 1989, p. 552-555.
Camp musical. « Historique, mission et logo », Camp musical du Saguenay-Lac-Saint-Jean, 2016 [en ligne].
Christiane Laforge et Mona Gauthier Cano. « Camp musical », Notre histoire à petits pas, Les Éditions du Gaymont, Saint-Fulgence, 1987, p. 167.
Denis Hudon. « Les élèves terminent l’année en lion », Le Point, 15 avril 2006, p. 2.
Denis Hudon. « Le haut du Lac connaît sa part de succès », Le Point, 27 mai 2006, p. 9.
Isabelle Gagnon. « Concentration musique-études à Normandin », Nouvelles Hebdo, 5 avril 2003, p. 2.
Isabelle Gagnon. « Le programme Musique-études est en marche », Nouvelles Hebdo, 13 décembre 2003, p. 15.
Jules Simard. « Mention d’argent pour l’Harmonie de la polyvalente de Normandin », Nouvelles Hebdo, juin 2010, p. 8.
« Le concert de Noël présenté le 8 décembre à la salle de spectacles », Nouvelles Hebdo, 1er décembre 2010, p. 10.
« Musique-études au Heritage Festival » dans « Restropectives 2010 », Nouvelles Hebdo, 29 décembre 2010, p. 9.
Normandin se raconte…, Ville de Normandin, 2006, 481 p.
P51 Fonds télévision communautaire de Normandin (vidéo P51/26/01).


© Il est interdit d’utiliser ou de diffuser les images faisant l’objet de cet article sans obtenir l’autorisation de la Société d’histoire et de généalogie Maria-Chapdelaine.  Nous vous invitons plutôt à partager cet article sur les réseaux sociaux. Merci de votre collaboration.  Par la rédaction d’articles de blogue, la Société d’histoire répond à une partie de sa mission, laquelle invite à la diffusion de ses documents d’archives. Pour consulter les instruments de recherche des fonds ajoutés comme sources, suivez le lien suivant : http://histoiregenealogie.ca/fonds_archives/.

Publié le août 30, 2018