preloder
0
  • Aucun produit dans le panier.

Le pionnier Jacques Bluteau

Précédent Suivant
Dessin de Jacques Bluteau
Un dessin de E. Chauveau représentant l’ancêtre des Bluteau, tiré du livre Nos Ancêtres no 18, de Gérard Lebel.

 

L’origine du nom « Bluteau » provient sans doute du métier de bluteau, soit d’une personne qui « blute », donc qui utilise une sorte de tamis en étamine de soie servant à séparer la farine du son, un outil qui se nomme un bluteau ou blutoir.

Le premier arrivant du nom, Jacques Bluteau, fils de Clément Bluteau et d’Anne Moques, est né le 6 août 1642 à St-Maurice du Gué-de-Velluire, dans le Poitou. Il arrive en Nouvelle-France en 1663 et s’installe sur l’Île d’Orléans. Épris de Catherine Lainé, une fille du roi, il se voit finalement refuser le mariage en 1671. Le 31 novembre 1679, après des années de solitude, il épouse Claire Paré, veuve de Jacques Beaudon dit Lagrange. Ce mariage est célébré à Ste-Famille, Île d’Orléans. Il décède accidentellement le 6 février 1710. Sur cinq fils (dont deux décédés en bas âge), deux d’entre eux, Louis et Étienne, lui donneront une descendance.

C’est après 5 générations que Isidore Bluteau quitte Petite-Rivière-St-François, à Charlevoix, pour venir s’installer au Lac-St-Jean. Isidore avait épousé Marie-Louise Tremblay le 8 juin 1830 à Petite-Rivière-St-François. Il décède le 26 avril 1876 à la Mission de St-Félicien. Trois de leurs enfants, Adèle, Alexis et Dina, prennent souche ici.

 

Références : 
À paraître en 2021, Isidore Bluteau au Lac-St-Jean et ses descendants, par Robert Bluteau, Frère de l’Instruction chrétienne (F.I.C.), et Huguette Labrecque, généalogiste de filiation agréée (GFA).
Centre de généalogie francophone d’Amérique [en ligne : http://www.genealogie.org/].
Gérard Lebel. Nos Ancêtres no 18, Sainte-Anne-de-Beaupré, 1990, p.35-43.

 

Publié le novembre 20, 2020